Les Terres de Xénora
Bonjour cher invité, bienvenue sur les terres de Xénora, n'hésitez pas à vous inscrire et si c'est déjà le cas pensez à vous connectez.
Cordialement l'administration



 
Bienvenu à toutes et à tous sur les terres de Xénora.
N'oubliez pas que Xénora recrute des Modérateurs et des Correcteurs pour aider au maintient du forum, rendez-vous donc dans la section Bureau de recrutement de notre conciergerie. A très vite!

Partagez | 
 

 Le Paradia Perdu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thessia Korogùndir
Administrateur ~ Fondateur ~ Graphiste ~ Phoénix
Administrateur ~ Fondateur ~ Graphiste ~ Phoénix

avatar
Animal Totem : Serpent; Arraignée; Pie
MessageSujet: Le Paradia Perdu   Lun 19 Oct - 23:53

Pour tous ceux et celles que ça intéresse je partage avec vous un passage du livre "Le Paradis Perdu" de Milton, vous pouvez le trouvez en PDF gratuis sur le net en tapant "Poème la paradis perdu" sur Google.

Le grand ennemi répliqua par ces paroles rapides :
" Chérubin tombé, être faible est misérable, soit qu'on agisse ou qu'on souffre. Mais sois assuré de
ceci : faire le bien ne sera jamais notre tâche ; faire toujours le mal sera notre seul délice, comme étant le
contraire de la haute volonté de celui auquel nous résistons. Si donc sa providence cherche à tirer le bien de
notre mal, nous devons travailler à pervertir cette fin et à trouver encore dans le bien les moyens du mal. En
quoi souvent nous pourrons réussir, de manière peut−être à chagriner l'ennemi et, si je ne me trompe, à
détourner ses plus profonds conseils de leur but marqué.
" Mais vois ! le Vainqueur courroucé a rappelé aux portes du ciel ses ministres de poursuite et de
vengeance. La grêle de soufre lancée sur nous dans la tempête passée a abattu la vague brûlante qui du
précipice du Ciel nous reçut tombants. Le tonnerre, avec ses ailes de rouges éclairs et son impétueuse rage, a
peut−être épuisé ses traits, et cesse maintenant de mugir à travers l'abîme vaste et sans bornes. Ne laissons
pas échapper l'occasion que nous cède le dédain ou la fureur rassasiée de notre ennemi. Vois−tu au loin cette
plaine sèche, abandonnée et sauvage, séjour de la désolation, vide de lumière, hors de celle que la lueur de
ces flammes noires et bleues lui jette pâle et effrayante ? Là tendons à sortir des ballottements de ces vagues
de feu, là reposons−nous, si le repos peut habiter là. Rassemblant nos légions affligées, examinons comment
nous pourrons dorénavant nuire à notre ennemi, comment nous pourrons réparer notre perte, surmonter cette
affreuse calamité ; quel renforcement nous pouvons tirer de l'espérance, si non quelle résolution du
désespoir. "
Ainsi parlait Satan à son compagnon le plus près de lui, la tête levée au−dessus des vagues, les yeux
étincelants ; les autres parties de son corps, affaissées sur le lac, étendues, longues et larges, flottaient sur un
espace de plusieurs arpents. En grandeur il était aussi énorme que celui que les fables appellent, de sa taille
monstrueuse, Titanien, ou né de la Terre, lequel fit la guerre à Jupiter ; Briarée ou Tiphon, dont la caverne
s'ouvrait près de l'ancienne Tarse. Satan égalait encore cette bête de la mer, Léviathan, que Dieu de toutes ses
créatures fit la plus grande entre celles qui nagent dans le cours de l'océan. Souvent la bête dort sur l'écume
norvégienne : le pilote de quelque petite barque égarée au milieu des ténèbres la prend pour une île (ainsi le
racontent les matelots) ; il fixe l'ancre dans son écorce d'écaille, s'amarre sous le vent à son côté, tandis que
la nuit investit la mer et retarde l'aurore désirée. Ainsi, énorme en longueur, le chef ennemi gisait enchaîné
sur le lac brûlant ; jamais il n'eût pu se lever ou soulever sa tête si la volonté et la haute permission du
régulateur de tous les Cieux ne l'avaient laissé libre dans ses noirs desseins, afin que par ses crimes réitérés il
amassât sur lui la damnation alors qu'il cherchait le mal des autres, afin qu'il pût voir, furieux, que toute sa
malice n'avait servi qu'à faire luire l'infinie bonté, la grâce, la miséricorde sur l'homme par lui séduit, à attirer
sur lui−même, Satan, triple confusion, colère et vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
http://bigfork.forums-rpg.com/
 
Le Paradia Perdu
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La météo à temps perdu
» J'ai perdu le gout
» J'ai perdu ma foi et je le vis mal
» je suis totalement perdu
» pour mon fils de 22 ans, perdu dans la vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres de Xénora :: Flood :: Biliothèque-
Sauter vers: